Vipassana, ma pillule, ma granule, mon antidote

Ça faisait un moment que je n’avais pas écrit sur mon blogue. J’ai été très occupée pendant le con-finement. Je me suis tenue au courant de l’état du monde (pas juste de ce qui se passe au Québec) puisque je suis une grande voyageuse et une amoureuse de notre belle planète, ainsi que de ses habitants qui, finalement, ne font qu’un, dans le sens où on est tous des êtres humains égaux, peu importe la couleur de notre peau, nos convictions, nos penchants, notre pays. Moi, mon pays, c’est la planète. Je suis une universaliste. Ma religion, c’est la Vie avec un grand V, l’Amour avec un grand A, et la paix avec un grand P. Et l’Entraide avec un grand E, etc. Vous avez compris ce que je veux dire. Je pourrais ajouter ici Respect, car c’est tellement une valeur qu’on a besoin de mettre de l’avant ces jours-ci, et ces années-ci. Et pourquoi pas tout le temps ?

Vipassana… Je vais y venir très bientôt. Moi, quand j’écris, tout me vient spontanément. J’écris selon mon humeur, comme un Chef qui cuisine selon l’humeur du moment. C’est ça, l’Art avec un grand A : c’est spontané, ça vient du coeur, dans l’instant présent, dans l’urgence, sans compromis. Et personne ne me dit quoi écrire; c’est moi qui décide. Je pense, donc je suis; j’écris, donc je vis; j’aime, donc je suis une Ame, un Etre divin, dans toute son immensité, dans toutes ses potentialités.

Vipassana, donc. Je veux vous parler de Vipassana, qui m’a guérit de bien des maux, pour ne pas dire tous les maux. Et qui m’a fait écrire bien des mots, aussi; j’en ai fait un livre.

Vipassana, c’est l’Équanimité; c’est accepter les choses, ici et maintenant; sans réagir, ni avec aversion, ni avec avidité. Non pas qu’on est d’accord avec ce qui se passe, mais parce que quand on est dans un état neutre, que certains appellent “Le Point Zéro” (pas le point G), on observe nos émotions, nos réactions, nos pensées, nos sensations. Et en les observant, ils finissent par passer. Car tout passe. Tout change. Rien n’est permanent. Le corps, les pensées, les émotions, les situations, les événements; tout tout tout finit par passer.

Un exemple : on est triste parce que quelque chose vient d’arriver. On observe cette tristesse. Bien sûr, la tristesse ne s’éclipsera pas nécessairement en cliquant des doigts. On observe, sans réagir, sans aversion. Puis à un moment ou à un autre, ça finit par passer. Parfois ça peut prendre 5 minutes; parfois 5 heures; parfois 5 ans (!!!), mais ça finit toujours par passer. Avec la pratique, les émotions disparaissent de plus en plus rapidement, et on atteint le Point Zéro, la Neutralité, l’Équanimité.

Un autre exemple : je gagne à la loterie. Je suis joyeuse, heureuse. Mais il ne faut pas réagir avec avidité, car tout passe. Même l’argent, ça passe, n’est-ce pas ? Il nous file entre les doigts… L’avidité, c’est de désirer ardemment quelque chose, ou être ardemment attaché à quelque chose. Il faut pratique le détachement; cela facilite, notamment, les deuils, peu importe le deuil.

Un autre exemple : ce qui se passe en ce moment dans le monde. Je peux réagir avec colère, avec tristesse, avec désespoir, ou bien en riant (par exemple, en admirant une caricature). Alors j’observe avec Équanimité. La situation n’est pas rose, loin de là. Mais pour l’instant, dans l’instant présent, j’accepte les choses telles qu’elles sont, sans réagir. Je suis neutre. Ça ne veut pas dire que je ne peux pas ressentir de la colère, ou du dégoût, ou de la révolte sur la situation mondiale; cela veut simplement dire que dans le moment présent, j’accepte de ressentir cette colère, ce dégoût, cette révolte. C’est OK de ressentir ces émotions. C’est normal. Alors j’accueille, j’accepte de me sentir ainsi pour le moment. Ça ne veut pas dire que j’accepte de rester ainsi pour le reste de ma vie. Non. Simplement maintenant. Et toutes les émotions que je ressens finiront par passer. Ce soir, demain, dans un mois, dans un an (il faut parfois être patient).

Je crois qu’en ce moment, de nombreuses personnes gagneraient à pratiquer la méditation Vipassana. C’est une technique que je pratique depuis 12 ans déjà, et les bienfaits sont innombrables. Vipassana m’a aidé à passer à travers bien des tempêtes. La situation actuelle est une occasion en Or pour voir où j’en suis dans la pratique. Je peux vous dire que Vipassana m’aide grandement ces jours-ci, particulièrement depuis les derniers mois. Je ne sais pas si j’aurais passé au travers la tempête actuelle sans cette technique de méditation.

J’ai fait un survol de cette technique dans cet article, mais évidemment, pour arriver à pratiquer Vipassana à chaque instant de notre vie, il faut une certaine période d’apprentissage. Au bout d’un certain temps, on arrive à appliquer la méthode dans tout ce que l’on fait, à chaque moment du jour. On arrive à observer constamment nos pensées, puis à lâcher prise. Ça permet notamment un bien meilleur sommeil; quand on va dormir, on observe ses pensées de façon neutre, sans réagir; on observe les pensées comme si on regardait un film à la télé; puis les pensées, les émotions finissent tranquillement par disparaître… pendant le sommeil.

Je vous reviens, je l’espère, très bientôt, pour d’autres chroniques sur cette perle précieuse qu’est Vipassana.

Bonne nuit.

Ou bon matin.

Isabelle

One thought on “Vipassana, ma pillule, ma granule, mon antidote

Leave a Reply